Enter your keyword

Qu’est-ce que le « véganisme » ?

Qu’est-ce que le « véganisme » ?

Qu’est-ce que le « véganisme » ?

Bonjour à tous,

Nous souhaitons éclaircir un point avec vous :

Qu’est-ce que le « véganisme » ?

Parce qu’il s’agit d’un sujet sur lequel beaucoup ont déjà écrit, je préfère recenser ici la ou les définitions les plus justes à notre sens plutôt que d’écrire un centième article là dessus. Au moins, nous sommes certains de ne pas dire n’importe quoi :p

Voici un article très bien et très complet publié par Vegan-France.fr :

Végane : Personne qui exclut de son alimentation tout produit d’origine animale (végétalien) et adopte un mode de vie respectueux des animaux (habillement, cosmétiques, loisirs…). Adj. Le mouvement végane, véganisme (Définition Le Petit Robert 2015).

Végane (le produit) : Produit exempt de toute substance d’origine animale, n’ayant fait appel à des agents techniques d’origine animale et n’ayant été testé d’aucune façon sur eux. La fabrication d’un produit explicitement végane impose la cherche d’exclusion, autant que possible, de toute forme d’exploitation des animaux depuis sa formulation jusqu’à l’emballage. On entend par « origine animale » les substances issues de l’élevage, de l’abattage, de la chasse et de la pêche.

Le véganisme exprime alternativement la pratique de l’éthique et la pratique d’exclusion quotidienne des produits issus de l’exploitation des animaux. Il existe également la variante « vegan straight edge » qui exclut également les drogues et l’alcool.

Ce terme vient de l’anglais « veganism » qui est lui même un dérivé du mot « vegan » désignant le mode de vie végétalien. En français il est convenu d’adapter les termes « vegan » et « vegans » en végane et véganes (toujours au féminin).

Spécisme : n. m. du latin species (espèce) et d’après racisme et l’anglais speciesism (1970). Didacture, idéologie qui postule une hiérarchie entre les espèces, discrimination basée sur l’espèce. Spécialt. La supériorité de l’être humain sur les animaux. Par ext. Mauvais traitement, exploitation des animaux. Contr. Antispécisme (Le Petit Robert 2016)

Principes fondamentaux du véganisme.

Refus explicite de participer à l’esclavage des animaux ou à des activités spécistes. Ce refus s’exprime au travers du choix alimentaire végétalien et du mode de vie végane.

Le véganisme, l’épreuve du prochain millénaire.

Le véganisme est pratiqué dans nombreuses religions pour sa philosophie depuis les fondements de l’humanité et comme mode alimentaire pour sa nature hygièniste (en accord avec la santé humaine). Aujourd’hui le véganisme semble être la solution à bien des problèmes modernes : des problématiques éthiques, écologiques et sanitaires.

Selon un rapport de l’ONU (Organisation des Nations-Unies) « Un changement global de l’alimentation mondiale vers une alimentation à dominance végétale est absolument vital pour sauver le monde de la faim, de la carence de carburant et le soustraire aux pires impacts du changement climatique. » Assessing the Environmental Impacts of Consumption and Production – Priority Products and Materials – p82 – 2010

« Choisir le véganisme, c’est faire le choix de limiter au quotidien son « empreinte », en adoptant des choix de consommation éthiques, respectueux du vivant et de la durabilité de son habitat. Si vous souhaitez avoir un impact positif pour les ANIMAUX, la préservation de la PLANÈTE et votre SANTÉ, LE VEGANISME EST LA SOLUTION ! » Association VEGAN IMPACT

Pourquoi devenir végane ?
Parce que que les animaux ne sont pas des objets, des esclaves ou des déchets.

« Les animaux ne nous appartiennent pas. Nous n’avons pas le droit d’en disposer, que ce soit pour notre alimentation, notre habillement, nos loisirs ou nos expériences scientifiques. » Association PETA

Esclaves et victimes des besoins de nos sociétés, ils sont l’objets d’expériences et d’exploitation massive. Ils assurent au quotidien nos « besoins » alimentaires, notre « confort » ou notre « divertissement ». La consommation organisée des animaux est devenue colossale et la violation de leurs droits fondamentaux systématique.

Le spécisme, un comportement à deux facettes.

L’être humain aime et protège les animaux ou exploite et tue les animaux en fonction de critères familiaux, religieux et culturels. Pourtant chacun s’accorde à dire que tous les animaux comptent moralement et qu’ils doivent être tous protégés de l’esclavage ou de la violence. Le spécisme est semblable au racisme ou au sexisme. Certaines espèces d’animaux pourront vivre leur liberté, l’abondance et l’affection en notre compagnie. D’autres vivront l’enfer et une mort violente préméditée en fonction de valeurs marchandes humaines et en dépit de toute justice. En savoir plus sur Le spécisme

Pourquoi consommer végane ?
Pour protéger l’environnement de l’impact de la production animale.

Élever des animaux pour notre consommation est la plus grande source de destruction de notre environnement et de la planète : déforestation, pollution, épuisement des réserves d’eau… L’élevage semblerai être la 2e cause d’émission de gaz à effet de serre (avant les transports) et donc du réchauffement climatique. Aujourd’hui, les scientifiques et organisations internationales tirent la sonnette d’alarme et déclarent la consommation d’animaux d’élevage comme la principale menace à la survie de la civilisation humaine dans un futur proche.
Pour en savoir plus : Le véganisme et l’environnement

Pourquoi consommer végane ? Pour notre santé.

La croyance selon laquelle la viande et les produits laitiers sont nécessaires à notre santé est un mythe. Il est aujourd’hui’hui avéré, au contraire, qu’un régime à base de produits issus d’animaux accroît le risque de développer de nombreuses maladies : diabète de type 2, ostéoporose, accidents cardio- vasculaires, cancers… Les végétaux contiennent tous les éléments nécessaires à notre santé. Cette alimentation, menée de façon équilibrée, est suffisante en apports énergétiques et complète en nutriments essentiels. « Un régime végétalien bien planifié, de même que d’autres régimes végétariens, est adapté à tous les stades de la vie, y compris en cours de grossesse, pendant l’allaitement, la petite enfance, l’enfance et l’adolescence. » (Association américaine de diététique).

 

Laisser un commentaire